130__2_

Pour Ndangane (ou ailleurs)

Je voudrais à ma façon apporter quelques grains de sable à l'édifice qui prend forme ici à Ndangane et dont les jeunes sont les instigateurs.

 Je sais que parfois pour l'avoir lu que quelques groupes se forment et partent en guerre contre la négligence humaine qui fait que la nature nous offfre un triste spectacle.

 Les saletés jonchent le sol, on trouve de tout et c'est bien triste

 Mais plus à Ndangane, le village est propre et chacun fait en sorte qu'il le reste

 Quand nous avons fait le choix de cet endroit magique ou nous voulions profiter du Siné Saloum. Il y a d'abord eu pour moi un coup de foudre. C'était là et pas ailleurs.

 Pas très loin de Ndangane, sur l'île.

 Un slogan vantait l'endroit "idéal pour les amoureux de la nature"

 Je n'avais nullement besoin de savoir cela pour être convaincue. C'était mon évidence à moi.

 Il y en a ailleurs des amoureux de la nature qui ont fait le choix d'un petit coin à eux. Les endroits magiques, le Sénégal en regorge et chacun trouve ce qu'il est venu chercher

 Je veux juste donner un avis personnel.

 Je trouve que Dame Nature a une belle âme et qu'elle n'est pas rancunière, car malgré les mauvais traitements que lui infligent les soi disant amoureux, elle continue de les séduire et de leur apporter ce qu'elle a de plus beau. Le fleuve magnifique et scintillant, les mangroves envoutantes et mystérieuses les oiseaux somptueux colorés et si nombreux, le ciel qui se pare parfois le soir de couleurs étonnantes enveloppant la terre et  l'eau d'une teinte uniforme pour accompagner le coucher du soleil, flamboyant, jusqu'au dernier instant

 Je ne m'en lasse pas

 Par contre ce dont je me suis lassée, c'est de voir chaque jour lors de mes promenades le long du Delta les immondices qui envahissent le sable, emprisonnent les jeunes pousses de mangroves, salissent et gâchent tout ce que je viens de décrire plus haut.

 Quand nous sommes arrivés il y a quelques mois, nous avons commencé par nettoyer la jolie petite plage de sable fin et doré qui se trouve juste a quelques mètres devant notre maison.

 Puis je râlais tellement que j'ai continué encore un peu plus loin du côté ou il n'y a pas d'habitations a ramasser tout ce que je pouvais. Il y avait des vêtements, des chaussures, des cartables, des sacs des bouteilles de verre cassées, des bouteilles plastiques, des extensions de cheveux longues et bouclées etc … et tout cela a moitié enfoui sous le sable.

 Alors quand on me dit, "oui ce sont les marées, oui ça tombe des pirogues, oui c'est le vent qui emporte tout ça sur son passage"

 OK je veux bien le croire, je le sais et l'accepte

 Mais je peux vous dire que certaines choses étaient enterrées là depuis des années, ce ne sont pas les dégats d'un hivernage venteux, de marées puissantes, ou d'incidents de pirogues qui ont mis ce petit bout de côte dans cet état.

 Je pense malgré tout que de nombreuses choses sont jetées, comme tous ces petits sachets plastiques, et les affreuses poches noires, fournies par l'occident et dont ils ont oublié de préciser comment faire pour les détruire après usage.

Enfin, je vais en finir avec ma balade qui me mène a environ 200m de chez moi, mon coin favori, là je m'assois et je peux rester longtemps à regarder filer les pirogues qui glissent doucement presque sans bruit, semblant fendre l'eau d'une cicatrice qui miraculeusement se referme aussitôt, de petits voiliers parfois et la valse des oiseaux, pélicans, aigrettes, hérons et tous les autres c'est délicieux cet endroit.

 Mon mari a eu pitié de moi et un matin très tôt il a tout nettoyé jusqu’à l'endroit ou je me pose. Il y en avait plusieurs brouettes je vous assure et encore des découvertes étonnantes.

D'un petit bout qui dépasse on retire parfois une chose énorme remplie de sable.

 Même notre gardien qui n'y était nullement obligé a fait bruler quelques tas d'immondices.

 Des enfants du village viennent me rendre visite parfois et je ne manque pas d'aller avec eux faire une petite promenade rafraichissante et j'en profite pour leur expliquer ce qui me tient à cœur

 Bon je ne veux me fâcher avec personne, mais en ce qui concerne "les amoureux de la nature" dont les pontons se succèdent et offre aux touristes l'occasion de se poser un peu, d'emmagasiner de beaux souvenirs et de faire de jolies photos. J'ai honte de ce qu'ils peuvent voir entre chacun de ses pontons

Rien n'est ramassé et c'est bien souvent désolée, de le dire, "dégueulasse"

Ce sont des toubabs qui vivent là, alors tout le monde est concerné je pense. Inutile de dire toujours "les sénégalais".

 Vers le village une personne indélicate a quand même osé jeter une cinquantaine de couches de bb souillées. Elles ont trempotées là et y trempotent encore depuis des semaines

Alors quand je vois de très loin arriver des personnes qui sont certainement dans les campements et qui vont faire croient elles, une balade bucolique, malgré la chaleur j'en frissonne à l'avance.

 Tout ça pour dire que bien sur si chacun et chacune y mettait un peu de bonne volonté, on ne lirait plus sur les sites de voyageurs comme Trip Advisor, ou le Routard ou je ne sais quel autre des commentaires disant que le Sénégal est magnifique, somptueux, magique, ensoleillé mais extrèmement sale

 Alors BRAVO a tous ceux qui se battent pour faire avancer les choses. On sait que ce sera long. Il faut commencer très tôt, dans les écoles et apprendre aux enfants dés leur plus jeune âge a respecter dame nature. C'est une Grande Dame, qui a tant à offrir!!!!