Dans le regard de Yemoja

05 février 2019

SACHA ET MAMADOU

 

sacheet son pote mamadou

 

 

Avec ma fille Marion et mon petit fils Sacha

Lors de l'un de nos premiers séjours ici auSénégal, nous avions pour habitude de prendre toujours le même piroguier pour nous amener sur l'île. Et souvent c'était son fils Mamadou qui nous faisait faire ce magnifique trajet. Il était d'une habilité incroyable. Agé d'a peine une quinzaine d'années. De jour comme de nuit nous arrivions confiants au ponton.

Pourtant parfois les nuits sont noires mais a croire qu'il a des yeux de chat ce petit Mamadou.

Pendant ce séjour une amitié trés forte s'est installée entre Sacha et Mamadou. Sacha n'avait alors que 8 ans. Il a appris avec son copain a conduire la pirogue. Il était tout fier.

Dés que Mamadou ne travaillait pas à la pirogue paternelle, il venait voir Sacha, pour jouer au ballon ou faire ensemble de longues baignades dans le fleuve. Il lui est arrivé de partager notre repas. Toujours étonné de la différence entre ce que nous mangions et leurs plats à eux, toujours présentés dans une grande bassine et ou chacun pioche avec ses doigts. Nous nous amusions beaucoup de ses questions.

Sacha et lui partageaient des moments trés forts et ils se disaient a quel point ils s'appréciaient.

Aujourd'hui mamadou a 23 ans et depuis 4/5 ans, par le biais du regroupement familial il a pu venir en Espagne chez des cousins et il travaille sur un bâteau de pêche.

Lui et Sacha, même si ils ne se sont pas revus, communiquent par Messenger. Nous avons programmé d'aller le voir dés l'été en Espagne, en fait il n'est pas trés loin de chez nous. Il habite à la frontière vers Saint Sébastien. 

Parce que une telle amitié mérite de durer et ils seront tellement heureux de se revoir que je suis aussi impatiente qu'eux. 

Une fois par an Mamadou vient au Sénégal ou il passe quelques mois et en ce moment il est là, comme nous et nous avons le plaisir de nous rencontrer. 

Mais des choses ont changées dans la vie de Mamadou, donc à suivre !!!!!!

 

 

Posté par yemoja à 14:46 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,


28 janvier 2019

Les enfants et petits enfants de Clément


7

 

Ramassage de coquillageset d'huitres dans la mangrove (palétuviers)

8

 

Un moment que j'affectionne particulièrement lorsque je suis ici, c'est celui là.

Le jour où les enfants arrivent du village pour me faire une petite visite. 
J'ai toujours avec moi quelques petits cadeaux. Des cadeaux surprises ou des demandes particulières formulées l'an dernier. Benoît et Paul voulaient un ballon. Pour les autres ce sont des surprises. Des vêtements récupérés ces derniers mois. Des jouets acquis ici et là et pour lesquels je me dis quand je les vois, tiens telle chose sera pour untel et telle autre pour un autre. Pour les filles je trouve des petits cadeaux qu'elles  affectionnent particulièrement. Ça peut être de jolis petits carnets, des pochettes fantaisies, des petits porte monnaie aux couleurs flashy pour les mamans. Je garde aussi tous les petits cadeaux qui me sont offerts par exemple chez Y Rocher ou autre. Des petites peluches pour les plus petits.
Bonheur
Enfin tout ce qui peut nous sembler a nous des babioles et qui ici représente beaucoup. Rien de trop volumineux car il faut caser tout ça dans le fourgon. Je n'oublie pas non plus les plus grands. C'est simple de faire plaisir ici. Simple comme le bonheur que nous ressentons a être ensemble.
Quand les enfants sont là, nous goûtons, ils adorent la musique et ils dansent joyeusement, nous promenons un peu le long du fleuve. Pas trop, mon genou n'aime pas. Et en fin d'après midi ils repartent on se quitte en se promettant de se revoir bientôt.
J'adore ces journées là.

 

 

 

Posté par yemoja à 23:24 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

25 janvier 2019

AMOUL SOLO NIO FAR

P1240006

Amoul Solo Nio Far

Voila les premiers mots que j'ai appris en wolof. Grace à l'adorable François. C'est un jeune gardien d'une trentaine d'année qui vient trés souvent rendre visite a Clément notre gardien (Clément dont j'ai parlé dans un billet précédent, car Clément vaut vraiment un article. Il ne va pas tarder à en mériter un autre, les anecdotes avec lui sont multiples et quotidiennes). 

Donc François est adorable. Trés doux, trés calme, trés lent et toujours là lorsqu'on a besoin de quelque chose. Il affiche toujours un merveilleux sourire, avec toutes ses dents, ce qui n'est pas courant dans le coin.

Il adore discuter de tout et de rien, tout l'interesse. Mais il faut avoir du temps devant soi pour entreprendre une discussion avec lui. D'accord, le temps ce n'est pas ce qui me manque. Mais parfois vous savez bien, une casserolle sur le feu, une bassine qui se remplit !!!!!

Donc souvent je m'entends lui dire "excuse moi deux minutes François, je reviens" Et là depuis toujours je l'entendais me répondre "Amoul Solo Nio Far".

Il a bien fallu que je sache ce qu'il me disait si souvent alors l'autre jour, cours de Wolof.

Ca veut dire : pas de problème, on est ensemble

Sachez que c'est une grande marque de sympathie quand un Sénégalais vous dit ça "on est ensemble" c'est un peu comme nous lorsqu'on dit je serai là pour toi"

Mais il y a une nuance. Si vous voyagez un jour au Sénégal et que vous vous faites aborder par un "banabana" marchand de breloques et autres souvenirs. Et si il vous assène cette expression, là, c'est plutôt pour vous alpaguer. La sincérité n'est pas de mise.

Mais sur notre île a part quelques petites marchandes de souvenirs qui traquent le touriste entre les campements et l'église du village, il n'y a pas de ces personnages hauts en couleur que l'on trouve dans les stations balnéaires telle que Saly. Qui sont tenaces et bien rodés. 

La prochaine fois je  parlerai de mes nouvelles connaissances en Wolof

La photo c'est François, l'adorable !!!!!

 

 

Posté par yemoja à 12:45 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

24 janvier 2019

La Fatalité

79 (3)

Chaque année lorsque nous revenons au Sénégal il y a quelques bonnes nouvelles.
Coli, travaille. François a pu s'acheter un cheval. Amitou a eu un autre bébé.
Et puis il y a les mauvaises. Surtout ceux qui ne sont plus là. Ceux avec qui on n'échange pas le sourire joyeux des retrouvailles, quelques mots de bienvenue. Ils ne sont plus là et voilà tout. Et toujours on pose la question " mais que s'est il passé ?" Et les réponses sont d'une implacable simplicité. Il avait mal a la tête, il avait mal aux jambes, il avait mal au ventre. Voilà c'est aussi effrayant et simple que cela. On naît, on vit et on meurt. Telle est la logique fataliste et déroutante de ce peuple qui a très peu accès au soin. Et pour ceux qui sont partis on en parle le moins possible. On dit "que la terre lui soit légère". Et on reprend le fil de sa conversation.....
Moi cette année c'est en arrivant a l'embarcadère que j'ai ressenti mon premier pincement au cœur. Je cherchais Fatou, la marchande de chapeaux, je n'ai vu ni son large sourire, ni sa pile de chapeaux et pas de voix qui criait " tu m'achètes quoi"  De l'embarcadère on transporte toutes nos affaires dans une pirogue et on vogue vers notre maison.
Ce n'est que le lendemain lorsque je suis revenue sur ce bout de continent que l'absence de Fatou m'a encore interpellée.. J'ai posée la question qui me taraudait aux marchandes de crevettes qui bavardaient comme des pies avec rires a l'appui. 
- bonjour les filles
- bonjour Maïté. Tu vas nous prendre des crevettes. 
- non pas maintenant je pars a Dakar. Mais je ne vois pas Fatou
- Fatou est décédée. 
- mais de quoi elle allait bien et elle était jeune
- elle a eu mal aux jambes
Je n'ai pu retenir quelques larmes. Elles m'ont regardée dubitativement. Et je me suis éloignée, la gorge nouée, les lunettes sur le nez et la tête baissée
J'ai entendu qu'elles reprenaient leur conversation et leurs rires si joyeux 
Allez savoir pourquoi sur le moment je leur en ai un peu voulu.
C'est Fatou en photo avec mon petit fils. 
Et ensuite il y eut l'annonce d'autres décès. 
 Un homme d'une quarantaine d'années, qui pêchait parfois avec mon mari. Mal au ventre pour lui, puis un autre plus âgé,  mal a la tête.
C'est ainsi. C'est la fatalité. Ils ne sont plus là. A quoi bon en parler. J'espère toutefois qu'ils sont dans les cœurs. Mais ça je ne veux pas poser la question. Trop peur !!!

 

Posté par yemoja à 22:23 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

21 janvier 2019

Juste pour toi Marie

 

1

Marie que cette journée te comble !!

Que les années qui viennent soient pour toi sérénité, bonheur, douceur et volupté

Que tes projets aboutissent et que tu manges encore tous les 21 janvier de ton futur, les fabuleux "vol au vent" de ton chéri.

Posté par yemoja à 13:33 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Un joli texte que j'ai aimé et que je veux partager avec vous

2

- Joli texte, très beau, très vrai …. !
À peine la journée commencée et ... il est déjà six heures du soir.
A peine arrivé le lundi et c'est déjà vendredi.
... et le mois est déjà fini.
... et l'année est presque écoulée.
... et déjà 40, 50 ou 60 ans de nos vies sont passés.
... et on se rend compte qu’on a perdu nos parents, des amis.
et on se rend compte qu'il est trop tard pour revenir en arrière ...
Alors... Essayons malgré tout, de profiter à fond du temps qui nous reste...
N'arrêtons pas de chercher à avoir des activités qui nous plaisent...
Mettons de la couleur dans notre grisaille...
Sourions aux petites choses de la vie qui mettent du baume dans nos cœurs.
Et malgré tout, il nous faut continuer de profiter avec sérénité de ce temps qui nous reste. Essayons d'éliminer les "après" ...
je le fais après ...
je dirai après ...
J'y penserai après ...
On laisse tout pour plus tard comme si "après" était à nous.
Car ce qu'on ne comprend pas, c'est que :
après, le café se refroidit ...
après, les priorités changent ..
après, le charme est rompu ...
après, la santé passe ...
après, les enfants grandissent ...
après, les parents vieillissent ...
après, les promesses sont oubliées ...
après, le jour devient la nuit ...
après, la vie se termine ...
Et après c’’est souvent trop tard....
Alors... Ne laissons rien pour plus tard...
Car en attendant toujours “à plus tard”, nous pouvons perdre les meilleurs moments,
les meilleures expériences,
les meilleurs amis,
la meilleure famille...
Le jour est aujourd'hui... L'instant est maintenant...
Nous ne sommes plus à l'âge où nous pouvons nous permettre de reporter à demain ce qui doit être fait tout de suite.
Alors voyons si vous aurez le temps de lire ce message et ensuite de le partager.
Ou alors vous le laisserez peut-être pour... "plus tard"...
Et vous ne le partagerez "jamais" ....
Même à partager avec ceux ou celles qui ne sont pas encore des « aînés »

Posté par yemoja à 13:26 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,

La Nostalgie, le temps qui passe .....

161

Attention, attention, nul besoin de sortir les mouchoirs. 

J'ai eu juste besoin d'un recentrage de cerveau. 

Chaque année depuis que je viens ici, je fais de nombreuses choses, je balade, je vais à la rencontre des autochtones, je papote, je visite, je cuisine, etc, etc enfin toutes ces choses quel'on peut faire bien droite sur ses jambes.

Mais voila je suis un peu comme qui dirait unijambiste. Mon genou droit est douloureux a la moindre station debout. Opération en rentrant ..... et toc. Il l'aura voulu

Donc j'ai flemmardé sur mon transat en regardant les scintillements du fleuve. Il est si beau. Il invite à la méditation.

J'ai été un peu nostalgique; J'avais déja écrit pour une autre occasion ces quelques lignes sur la nostalgie et comme elles me parlent encore beaucoup, j'ai envie de les partager ici

La nostalgie ne prend naissance que dans le manque. Celui de la beauté d'une histoire, de la tristesse d'un souvenir, de l'absence cruelle d'une personne aimée, d'une époque révolue, d'un lieu familier que jamais on ne retrouvera intact, d'une émotion submergeante plus jamais ressentie, d'un fantôme aux cheveux gris imperceptiblement là. Il a été et il est heureux celui qui éprouve souvent de la nostalgie.

Ce n'est pas triste, c'est la réalité de la vie.

Je suis nostalgique, solitaire, rêveuse et parfois l'inverse

Posté par yemoja à 13:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

14 janvier 2019

Drôle de jour de l'an

 

 

voyage2018Délicieux repas de réveillon clémentines espagnoles sous toutes ses formes

Nous avions pourtant bien l'intention de passer ce premier jour de l'année sur la terre Marocaine.

Mais les aléas de la vie en ont voulu autrement. On nous avait pourtant bien assuré que les services douaniers fonctionnaient tous les jours.

Mais non, le douanier est un homme comme un autre le jour de l'An il fait comme il veut. 

Donc la traversée du détroit de Gibraltar s'est avérée impossible et comme nous étions déjé prêts a embarquer, nous n'avons pratiquement pas bougé. 

Juste un petit tour en ville histoire de se restaurer un peu et retour pour la nuit sur le parking du ferry

Je précise le fourgon est hyper confortable et nous y dormons extrèmement bien

Nous ne savions absolument pas a quel moment ces messieurs les douaniers feraient une petite apparition. 

Ce fut le lendemain  1e janvier à 15h ou enfin nous avons pu nous caler confortablement dans un salon du ferry pour une durée de 1h30 environ de traversée jusqu' a Tanger

 

 

Posté par yemoja à 18:40 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

18 décembre 2018

JE ME PARLE......."LE TEMPS ET MOI".

Dans notre bois, source captée par nos soins et qui se déverse toujours avec le même débit, dans une mare que nous avons creusée voila bientôt 40 ans. Elle représente pour moi, la vie, la sérénité, le temps qui passe.

dans le bois 008

 

Avoir du temps. C'est le privilège de l'âge dit-on. Avoir du temps et pouvoir en faire ce que l'on veut.

Décider, ou, quand, comment et avec qui. Bien sûr, il y a les personnes que l'on aime profondément. Ce ne sont pas celles à qui je fais allusion.

L'épisode d'inquiètude qui vient de traverser ma vie, court, et pourtant si long, m'a sorti d'un sorte de "facilité", de "béatitude inconsciente", de "confiance naïve".

Je ne veux plus de la demie-mesure, de la demie-teinte.

Je suis franche, directe, cash. Trop je crois parfois pour certains de mes interlocuteurs. Je le vois dans les regards que l'on me renvoi parfois. Mais je suis aussi, loyale, sincère, sensible, j'aime rire et bavarder.

Aujourd'hui, je peux et je veux choisir. Et ce à quoi j'aspire avec intensité, c'est la SINCERITE. Ca se sent quand elle n'est pas au rendez-vous. Mais on ferme les yeux pour mille raisons. Je ne veux plus me laisser berner, faire la niaise par facilité, presque par esprit de sociabilité.

J'entame un nouveau parcours de vie. Plus simple, plus "moi". Différent. Peu perceptible sans doute pour les autres, mais moi je saurai.

C'est en revenant lire ce texte que je garderai ce nouveau cap. 

Je vais me créer une nouvelle bulle. 

Il y a des particules de vie que je ne veux plus occulter.

 

 

 

 

 

Posté par yemoja à 21:04 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,

ALLEZ, ALLEZ. IL FAUT REPARTIR


P4170184 (2)

Il ne faut pas dans le doux souffle de l'habitude, oublier la fragilité des choses de la vie.

S'abandonner dans un quotidien rassurant et protégé. Car un jour une branche épineuse peut subrepticement se trouver en travers de votre chemin et faire un accroc a votre habit de certitudes.

Un petit brouillard tombe alors et voile le ciel.

Dans 15 jours m'a-t-on dit. Puis 15 jours encore, par précaution.

Je pense sincèrement qu'il est plus supportable de s'inquièter pour soi. Quand c'est pour un être cher une vrille s'enfonce dans votre coeur, un serpent vous ronge le ventre. L'angoisse est là. 

On attend, on se coupe un peu de tout, on espère, on rassure.

Puis la délivrance. Des mots espérés, rêvés, priés........

"Tout va bien, profitez bien de tout, de la vie, de votre voyage!!!"

La musique des mots. La mélodie dans le coeur qui refait chanter la vie

 

 

 

 

Posté par yemoja à 20:52 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,